musiQC numériQC

David Byrne demande la transparence dans le Streaming

Ce matin mes fils de réseaux sociaux se sont enflammés avec la lettre ouverte de David Byrne dans le New York Times intitulée « Ouvrez la boîte noire de l’industrie musicale ».

Comme tout ce que fait David Byrne est en général tiré du génial, je l’ai lu immédiatement. C’est sûr que tout ce qui y est dit ce sont des choses que nous pensons tous, sauf que lui a accès à des réseaux de gens connectés à haut niveau dans ce milieu et que quand il dit quelque chose, on l’écoute.

computer musicEn gros, David Byrne explique brièvement que nous ne savons absolument pas combien de pourcentage voient les artistes dans les transactions qui impliquent le streaming, mais qu’en plus les labels reçoivent des avances monétaires auxquelles nous n’avons pas accès. Que ces labels peuvent donc partager ce que bon leur semble et que nous n’avons même pas le droit de savoir combien ils font sur le dos des artistes.

Des artistes de renom tels que Pharell Williams etc peuvent obtenir des revenus décents de services de streaming tels que Spotify car la masse vendue est importante, tandis que des artistes moins connus ne peuvent pas décemment vivre de ces revenus.

Beaucoup de critiques mettent Spotify ou Apple Music sur le banc des accusés, mais comme l’explique Byrne, ils sont partiellement coupables, et souvent impuissants puisqu’ils payent déjà des sommes exhorbitantes aux labels (surtout les 3 majeurs évidemment).

« Une source de l’industrie m’a dit que les majeurs distribuent les revenus qu’ils reçoivent des services de streaming arbitrairement basés sur le catalogue de l’artiste. (…)

Les labels reçoivent aussi leur argent de trois sources qui sont cachées à l’artiste: des avances des services de streaming, des paiements de services pour les catalogues de vieilles chansons, et des capitaux dans les services eux-mêmes. »

Byrne continue en demandant plus de transparence aux labels, et aimerait que les artistes et labels travaillent ensemble afin que tout le monde puisse mieux profiter des bénéfices qu’amène le streaming.

Bon d’accord, d’unifier tout le monde paraît être une solution parfaite, mais soyons réalistes, cela ne va pas se passer comme ça. Même si nous souhaitons tous par dessus tout que les labels nous offrent une transparence et une égalité certaine, ils n’ont JAMAIS travaillé comme ça, et je doute qu’ils le fassent un jour!

Bref, merci Mr. Byrne, comme toujours, de votre éloquence et de vos mots bien dosés, et de votre activisme auprès des autorités gouvernementales!

byrne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *